Histoire

La tenue de la toute première Finale des Jeux du Québec à Rivière-du-Loup, du 14 au 22 août 1971, a marqué la mémoire collective. Il s’agit toujours, à ce jour, de l’événement ayant le plus gonflé de fierté la population louperivoise.

Dès la cérémonie d’ouverture de ces Jeux d’été du Québec, à laquelle assistaient le premier ministre Robert Bourassa et l’ambassadeur de la Grèce au Canada, la fébrilité atteignait son paroxysme.

Sous l’impulsion de l’entraîneur-chef Venance Pelletier, coordonnateur des Jeux, des centaines de bénévoles s’étaient mobilisés pour nourrir, héberger et transporter les 3000 athlètes des 23 disciplines au programme, parmi lesquelles figuraient le tennis, la natation et le golf, mais aussi le hockey sur gazon, le tir au pistolet et la pétanque. La piscine du Cégep de Rivière-du-Loup, la piste d’athlétisme, les terrains de tennis et un terrain de base-ball ont notamment été aménagés pour accueillir des épreuves, créant un legs inestimable pour les générations suivantes.

Après huit jours de joutes, de combats et de courses, rythmés par le thème de la chanson Mon pays de Gilles Vigneault, la région de Québec terminait première au classement des médailles, suivie par la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean.

Un certain Pierre Harvey, âgé de 14 ans et originaire de Rimouski, s’y est notamment distingué, enlevant le bronze au 100 mètres brasse. Le même jeune homme devait, quelques années plus tard, se rendre aux Jeux olympiques en cyclisme et en ski de fond.

Depuis cette première Finale, couronnée de succès, Rivière-du-Loup a manifesté à deux reprises son envie de renouveler la gratifiante expérience en déposant sa candidature pour l’obtention des Jeux de 1997 et de 2010. Les planètes n’étaient pas encore alignées…

En 2015, voyant le 50e anniversaire se profiler, la Ville de Rivière-du-Loup et SPORTSQUÉBEC se sont entendus pour réaliser un processus de candidature exclusif pour la tenue de la 56e édition, initialement prévue en 2021.

Repoussé d'un an en raison de la pandémie de la COVID-19, le point culminant de ce programme de développement sportif, qui a amplement fait ses preuves depuis un demi-siècle, sera donc célébré en 2022, dans la ville où il est né.

Abonnement à l'infolettre